En 1917, Anne MORGAN établit à Blérancourt, tout près du front, avec d’autres femmes américaines des baraquements qui deviendront hôpitaux, dispensaires, cantines.
Après la victoire, elle même et ses amis achètent les ruines encore superbes du château, les aménagent et y réunissent les premières collections d’un musée de l’histoire Franco-Américaines. En 1929, Anne Morgan fait don à la France du Château, qui devient alors le Musée franco-américain.


Télécharger
livret_morgan_franc_ais.pdf
Document Adobe Acrobat 2.8 MB

La petite histoire de Blérancourt

L’origine de son nom

On suppose qu’il est issu du nom du premier propriétaire qui s’y installa suivi comme de coutume d’un suffixe, ici,  CORTIS ou CURTIS (cour de ferme).
Au XIème siècle, le village est désigné sous le nom de « BLARENCURTIS ». Puis évolue au cours des siècles en :
  BLERICURTIS      XII°
  BLERICURTUM    XIII°
  BLERENCURTIS   XIV°
  BLERENCOURT   XV°
  BLERANCOURT   XVI°

     Son Histoire

Ancienne métairie gallo-romaine, mérovingienne et carolingienne, Blérancourt devient à la fin du XVI°ème siècle, propriété de la famille des Ducs de Gesvres gouverneurs de Paris et de L’île de France. Elle confie en 1612 la construction du château à Salomon de Brosse, futur architecte du palais du Luxembourg pour Marie de MEDICIS. En 1644, François MANSARD y apporte quelques améliorations.
Mais la révolution l’endommage sérieusement, laissant cependant subsister jusqu’à nos jours deux ravissants pavillons, le rez-de-chaussée de l’aile gauche et deux magnifiques portes baroques.


 

Les POTIER étaient depuis plusieurs générations une famille de puissants marchands de fourrure, nommés à plusieurs reprises à la prévôté des marchands de Paris.
C’est la raison pour laquelle figure en haut à gauche du blason, le damier argent et azur propre à la corporation des PELLETIERS.
Pour les mains, la tradition veut que ces deux mains droites soient celles des deux frères POTIER morts les armes à la main au service de leur roi et de leur pays et anoblis de ce fait à titre posthume.
Les griffons, empruntés aux armes de Charlotte de VIEUX-PONT ont été ajoutés ensuite par Bernard POTIER.
La croix de guerre enfin, a été conférée au bourg après la grande guerre. Elle a été placée à la base du Blason.